La question musicologique

La musicologie est-elle une affaire personnelle ou une affaire collective ? Une telle question ne peut que faire référence à la philosophie. Philosophie et musique constituaient souvent deux champs disciplinaires attachés l’un à l’autre. Toutes les deux sont fondées sur la réflexion, sur la spéculation, sur l’art et sur la création, […]

À propos de l’analyse

Le musicologue, pendant des décennies, a utilisé plusieurs méthodes d’analyse ; nous citons celles de Schenker, Ruwet, Meyer, Forte, Lerdahl-Jackendoff, Baroni-Dalmonte-Jacoboni, Bent (1980-1988), Cook (1987), Dunsby-Whittall (1988), J. Molino, J.-J. Nattiez, J.-M. Chouvel, Duffond. Prenons par exemple la méthode dite tripartite fondée par Jean Molino, recommandée par Nattiez, et appliquée […]

Entre musicien et musicologue, ce n’est qu’un malentendu !

Toute la problématique de la musicologie se trouve entre ces trois verbes : penser, écrire et parler de la musique « sans le moindre amour !». Certes, musiciens et non musiciens ont parfaitement droit d’aimer la musique, contrairement aux musicologues qui sont, épistémologiquement parlant, privés de cet amour envers l’objet […]

Penser la musique

D’une part, penser la musique selon l’approche musicologique, c’est penser aux objets sonores éparpillés dans l’univers et à l’être humain manipulateur de ces objets qui en dispose selon un choix précis, ou parfois d’une manière arbitraire, pour aboutir à la fin à une organisation sonore appelée musique. D’autre part, penser […]

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4